noms-domaine

Un nom de domaine pour votre business ou votre association

Posted on Leave a commentPosted in Internet

Si vous parcourez notre page tarifs, vous y verrez une prestation proposée qui consiste à acheter et paramétrer vos noms de domaine.

De quoi s’agit-il, et pourquoi avoir son propre nom de domaine est-il important, même pour une toute petite structure ?

Kezako

Un nom de domaine, c’est le système qui permet d’identifier un serveur sur internet afin d’accéder à un service. Dans le cas qui nous occupe le plus souvent, il s’agit d’accéder à un site web, ou bien à une adresse email.

Prenons un exemple : www.skyrocket.fr

Décorticons ça de droite à gauche. Nous avons :

  • .fr : c’est la partie extrême droite du nom de domaine, appelée Domaine de Premier Niveau. Typiquement, .fr il est utilisé par des entreprises françaises. Il existe de très nombreux domaines de premier niveau, souvent associés à un pays, mais aussi parfois détournés de ce sens premier, comme .tv qui est souvent utilisé pour des sites diffusant de la vidéo alors que sa destination première est pour les îles Tuvalu. Si vous êtes une association, vous pouvez opter pour .asso.fr.
  • skyrocket : c’est l’étiquette du nom de domaine. Vous voulez généralement que cela soit le mon de votre marque, entreprise, ou association. Les tirets et points sont possibles, mais il faut éviter d’avoir un résultat trop long, compliqué à retenir.
  • www : ceci est un sous domaine. Une fois que vous possédez un domaine comme skyrocket.fr, vous êtes libres de créer autant de sous-domaines différents que vous le voulez, qui peuvent chacun amener sur un site différent. Traditionnellement on utilise www comme World Wide Web pour le site web principal, mais ce n’est qu’une convention, pas toujours respectée.

Combien ça coûte

Un nom de domaine coûte entre 10 et 50 € par an, selon le domaine de premier niveau. Le très prisé .io, utilisé par les entreprises high tech est un des plus chers.

Le second usage d’un nom de domaine est la possibilité d’avoir des emails en x@domaine.com, où x est le nom d’une personne par exemple.

Ces boîtes ne sont pas gratuites, et sont à acheter auprès d’un fournisseur, mais le coût est modique.

Pourquoi il vous faut le vôtre

Tout simplement parce que le coût est modique !

Cela renvoie une assez mauvaise image d’avoir son site sur le domaine d’un fournisseur, car cela indique que vous n’avez pas pris le temps ou les ressources modiques pour avoir votre propre nom de domaine, pour votre site et vos emails.

De plus, avoir une adresse email professionnelle avec votre domaine rassure vos interlocuteurs sur votre sérieux, et vous permet de créer une adresse générique pour les emails entrants (contact@mondomaine.fr par exemple) et de mieux séparer votre messagerie perso de votre messagerie pro.

ttltq

8 idées fausses sur le référencement

Posted on Leave a commentPosted in Référencement

… et comment les dépasser pour obtenir de vrais résultats.

Les moteurs de recherche ont radicalement changé la face du web au début des années 2000.

Ils se sont tellement perfectionnés qu’aujourd’hui la plupart des internautes se reposent entièrement sur leurs résultats pour trouver un site, même lorsqu’ils en connaissent l’adresse exacte.
Ce recours systématique au moteur est d’ailleurs encouragé par Google avec son navigateur Chrome, qui confond la barre d’adresse et la barre de recherche.

L’importance pour le site d’une entreprise de figurer en bonne place dans les pages de résultats de recherche est évidente. Mais comme pour le Coca-Cola, on a beau connaître la plupart des ingrédients, la recette exacte des algorithmes de classement des moteurs de recherche est gardée secrete.

Au fil des années, un grand nombre d’idées fausses ou dépassées se sont installées dans les têtes, et cet article est là pour essayer de tirer certains éléments au clair, et pour vous orienter vers de meilleures pratiques.

doing-science-photo-u1

Idée fausse numéro 1 : Je dois réfléchir à ce que je mets dans ma balise meta-keywords

Ah, cette idée est tellement répandue qu’on la trouve encore chez des directeurs d’agences web !

Un peu de contexte. Dans le code HTML d’une page web, il existe certains champs reconnus par les navigateurs et les robots des moteurs de recherche. Le titre de la page par exemple, qui s’affiche dans l’onglet de votre navigateur. Parmi ces balises, il en existe une au cœur de cette idée fausse, ou plutôt, périmée depuis 10 ans.
La balise meta-keywords fut un temps utilisée pour indiquer aux moteurs de recherche balbutiants les thématiques de votre page. Évidemment, cette balise a été utilisée pour ajouter tout et n’importe quoi par des webmasters qui se croyaient malins, et ça fait belle lurette que Google n’en tient pas compte.

Conclusion : concentrez plutôt votre énergie créative là où ça compte : créez de vrais contenus intéressants pour votre public cible, ou améliorez le contenu dont vous disposez déjà !

Idée fausse numéro 2 : Je peux garantir une position sur une requête donnée

Promettre une amélioration est une chose, une présence en première page en est une autre. Si un prestataire vous garanti de vous propulser en première page grâce à sa magie noire, vous êtes tombé sur un escroc.

Conclusion : passez votre chemin et créez du contenus intéressant pour votre public cible, ou améliorez le contenu dont vous disposez déjà !

fixing-an-engine-photo-u1

Idée fausse numéro 3 : Je dois m’enregistrer dans des annuaires

Quand les moteurs ont commençé à tenir compte des liens existant d’un site à un autre dans leur classement, des sites « annuaires » se sont mis à fleurir. Enregistrez-vous sur votre site, et vous aurez un joli lien vers votre site dans notre annuaire de renom, qui est le meilleur au monde, le plus pointu, le préféré de Google, et tout et tout.

Mais si avoir des liens vers son site depuis d’autre sites est généralement bénéfique, tous les liens ne se valent pas. Les sites annuaires sont répérés de loin par Google, et leur effet sur votre classement est négligeable.

Conclusion : s’inscrire auprès de Google en déclarant votre site sur la plateforme Google Webmaster Tools suffit à ce que Google prenne connaissance de votre site.

Idée fausse numéro 4 : Je dois échanger des liens avec les sites de mes amis

Puisqu’avoir des liens vers son site est bénéfique, il suffit d’échanger de bons procédés avec les sites amis : tu fais un lien vers mon site, je fais un lien vers le tien !

Si avoir des liens vers votre site est bénéfique, avoir des liens depuis des sites ayant un rapport avec votre domaine est beaucoup mieux !

Conclusion : essayez plutôt de produire un contenu unique et intéressant pour votre public cible, et ensuite tentez d’obtenir des liens vers ce contenu depuis des sites faisant autorité dans votre domaine.

hairdressing-photo-u1

Idée fausse numéro 5 : Je vais ajouter du texte invisible en bas de mes pages, et voilà le travail

Ça a peut-être marché une fois en 1999, du temps d’Alta Vista. Ne faites pas ça. C’est idiot.

Conclusion : concentrez plutôt votre énergie créative là où ça compte : créez de vrais contenus intéressants pour votre public cible, ou améliorez le contenu dont vous disposez déjà !

 Idée fausse numéro 6 : Je dois me concentrer sur des mots clés, et avoir un taux précis de mots-clés dans mes contenus

Vous êtes tombés dans le piège de l’optimisation, vous pensez qu’il existe un taux précis de mots-clés dans la mixture de votre contenu qui vous garantira le meilleur résultat. Vous risquez d’écrire plus pour les robots que pour les lecteurs vivants de votre site. Et de ne vous montrer intéressant ni pour les uns ni pour les autres.

Conclusion : créez de vrais contenus naturels, uniques, intéressants pour votre public cible, ou améliorez le contenu dont vous disposez déjà !

being-lawyer-dog-photo-u1

Idée fausse numéro 7 : C’est une affaire d’optimisation technique. Mon contenu est bien tel qu’il est.

Certes, il y a un certain nombre d’écueils techniques à éviter, ou à corriger, sur un site pour améliorer son accès pour les moteurs de recherche. Mais ne pas tomber dans ces écueils n’est que le début. Si votre site est techniquement irréprochable, mais que ses contenus sont pauvres et sans intérêt, dans un domaine très concurrentiel, vous n’allez pas décoller.

Conclusion : Google ne vous mettra pas en première page parce que votre code est nickel. Ça peut aider, mais mettez-vous à la place du moteur : il veut présenter les sites les plus riches et intéressants à ses utilisateurs. Créez du contenu unique et pertinent, et vous aurez une chance.

Idée fausse numéro 8 : Mon site est déjà bien référencé, donc je ne touche à rien

Votre site est peut-être bien référencé d’après vous, mais c’est peut-être simplement parce que vos concurrents n’ont fait aucun effort. Vous serez peut-être détrôné très rapidement par un concurrent qui s’y mettra sérieusement.

Conclusion : ne vous reposez pas sur vos lauriers, et faites en sorte d’apporter un contenu intéressant et unique à vos lecteurs.

Pour en finir

Voilà, c’est la fin de cette petite liste. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais à pratiquement chaque fausse idée, la réponse s’est avérée être : créez plutôt du contenu intéressant.

Ça semble évident, mais pris dans l’optimisation de son référencement, on perd parfois l’objectif de Google de vue : parcourir le web et en tirer les contenus les plus pertinents et intéressants pour ses utilisateurs. L’atteinte de cet objectif est une réussite technique extraordinaire. De votre côté, si vous voulez être bien placés, et bien ça se mérite, tout simplement. Votre expertise dans votre domaine doit forcément être un potentiel de création de contenu pertinent pour vos cibles.

Alors n’essayez pas de jouer avec ou contre les algorithmes de Google, et écrivez pour vos visiteurs.

Au travail !